mercredi 28 novembre 2007

Paye cochon!

En France, les radars photo auraient rapporté environ 450 millions de dollars au gouvernement en 2006 et plus de 600 millions de dollars en 2007. À la lecture de ces chiffres, on comprend mieux l'intérêt que leur porte la ministre Boulet.


On nous prend vraiment pour des imbéciles. Quand la ministre des Transports, Julie Boulet, a présenté son projet de loi au bulletin de «nouvelles» de Radio Canada, la larme à l’œil, les sanglots dans la gorge, au lendemain de la mort tragique de Bianca Leduc, cette fillette de trois ans de l'Île-Perrot écrasée le soir de l’Halloween par un jeune chauffard, j’ai trouvé qu’elle faisait preuve d’un jaunisme digne du pire des tabloïds. Se servir d’un événement aussi tragique pour « faire passer la pilule » auprès des automobilistes et s’attirer l’approbation du public est non seulement honteux, mais répréhensible.

Surtout que plusieurs des mesures proposées par le gouvernement pour prétendument réduire les risques d’accidents sur les routes (radars photo, hausse des amendes et du nombre de points d’inaptitude perdus en cas d’excès de vitesse…) ne sont que des moyens détournés de remplir les caisses de l’État (en France, les radars photo auraient rapporté environ 450 millions de dollars au gouvernement en 2006 et plus de 600 millions de dollars en 2007). Si les arguments s’appuient sur de bons sentiments (un décès accidentel sur les routes est un décès de trop), les solutions préconisées ne vont pas toujours dans le même sens et dénotent un certain cynisme. Le problème, c’est qu’elles ne changeront pas le comportement des chauffeurs délinquants à long terme. Encore une fois, on préfère miser sur la répression que sur la formation.

J’en veux pour preuve les sanctions imposées au chauffeur de la ministre, surpris en flagrant délit d’infractions multiples au Code de la sécurité routière par un journaliste du Journal de Montréal (et non par des policiers – un point qui a son importance). À la suite de ce mini scandale qui a jeté un discrédit important sur la crédibilité de la ministre, il aurait été démis de ses fonctions et affecté à d’autres tâches. Quand Mme Boulet affirme ne pas avoir eu connaissance des agissements de son chauffeur (elle dormait à l’arrière de son auto, prétend-elle), elle n’assume pas ses responsabilités, mais, ce qui est plus grave, elle se moque de nous. Je doute que le comportement de son chauffeur ait été différent de ce qu’il est habituellement et que les scribes du Journal l’aient surpris justement le jour où il « pétait les plombs »… Je vous le dis, on nous prend pour des imbéciles!

On pourrait aussi polémiquer sur la baisse du taux d’alcoolémie de 0,08 à 0,05, soi-disant pour harmoniser notre législation avec celles en vigueur dans les autres provinces. Personnellement, je ne bois pas. La mesure ne me dérange donc pas. Mais je doute qu’elle modifie le comportement des buveurs invétérés, des alcooliques récidivistes et autres délinquants notoires. Par contre, le nombre de conducteurs qui seront verbalisés pour avoir légèrement dépassé la limite légale va exploser – en passant, ces « dangereux criminels » écoperont d’un casier judiciaire, ce qui n’est pas banal. Mais ce n’est pas grave, car pendant ce temps, les espèces sonnantes et trébuchantes vont remplir les coffres de l’État. N’est-ce pas ce que nous voulons tous?

Dans le même ordre d’idée, dans un mois la hausse du coût des permis et des immatriculations entrera en vigueur dans l’indifférence générale – vous l’aviez oublié celle-là? Si vous avez reçu votre renouvellement de permis dernièrement, vous remarquerez que son coût est passé de 43$ à 96$ par an pour les détenteurs des classes 5 et 6. Et si vous avez accumulé des points d'inaptitude dans les deux dernières années, ce montant peut atteindre, voire dépasser 200$ par an. Beau cadeau de Noël, n'est-ce pas? Et si vous êtes propriétaire d’une moto sport, le coût de l’immatriculation de votre «bombe roulante» passera de 320$ à 667$. Rappelons que ces hausses ont été rendues nécessaires – selon John Harbour, président de la SAAQ – en raison du déficit annuel moyen de 500 millions que la société a enregistré entre 2000 et 2005.

Si vous vous consolez en pensant qu’il est normal de contribuer plus parce que vous coûtez plus au système, ou parce que vous êtes convaincus que les motocyclistes des autres provinces sont plus mal lotis que vous, détrompez-vous! Par contre, vous serez content d’apprendre que M. Harbour estime pouvoir résorber ce déficit d’ici quatre ans et envisage même la possibilité de réaliser des surplus d’ici 2011 (c’est du moins ce qu’il a annoncé dans une entrevue au Soleil le 26 novembre dernier). L’organisme pourrait donc renouer avec les surplus, comme dans les années 80 et 90, au temps où le gouvernement du Québec a pigé plus de 2 milliards $ dans les fonds appartenant à la SAAQ. L’ironie, c’est qu’aujourd’hui on vous fait payer pour ça. Sans qu'on n’améliore le réseau routier pour autant (vous avez entendu parler des ponts et autres viaducs, je suppose…)

Le cynisme de nos gouvernants, et plus généralement des hommes politiques, a atteint des sommets ces dernières années. Non contents de nous faire payer pour leur mauvaise gestion ou pour leur incapacité à prendre les mesures qui s’imposent, au moment où elles s’imposent, ils nous demandent d’être contents de cette situation et voudraient qu’on leur dise merci, en plus. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je pense de plus en plus à changer de job…

2 commentaires:

binosxx a dit…

100% d'accord avec toi !

monoposto a dit…

Didier, en ce qui concerne la hausse du permis auto, je peux vivre avec ça. Là où la SAAQ y va fort c'est de nous facturer la classe 6: il n'y a aucune autre classe de permis qui coûte qqchose au citoyen qui la possède. Le trucker, le chauffeur d'autobus ou l'ambulancier n'ont pas à payer pour la classe supplémentaire sur leur permis... =DISCRIMINATION=

Peut-on les croire quand on lit dans les articles des journaux que tout surplus sera retourné aux usagers (ou aux cotisants?, ce qui n'est pas pareil).

Pour l'alcool au volant, le plus simple serait de mettre ça à 0.%. Comme ça, on se poserait pas la question: est-ce la dernière fois que je conduis mon char ce soir? La règle serait claire et connue de tous.

Mais, à Québec ils ne prendront jamais le risque d'apauvrir le pipeline qu'est la SAQ, de subir l'opprobre des restaurateurs et des tenanciers de bars ou craindre les foudres et les menaces de déménagement ailleurs des gros brasseurs de bière ou d'alcool(gros breasseurs de cash aussi s'entend).

Quant aux photos radars, ils vont se les faire briser. Les gens vont aussi trouver le moyen de camoufler leur plaque d'immatriculation. C'est pas l'imagination qui manquera le moment venu...

Mais, s'ils nous avertissent avant avec des grosses pancartes, bien les tarlas qui se feront prendre l'auront un peu mérité non? De toute façon l'un d'entre-nous créera sûrement une liste des localisations des radars.

M.